Frédérick Leboyer

L’article 10 de la Charte de l’Europe des Consciences est libellé comme suit :

« Retrouver et respecter le sens sacré de la naissance et protéger la petite enfance

Nous savons aujourd’hui que de la qualité de la naissance et de la petite enfance dépendent largement l’équilibre psychologique et émotionnel de l’adulte, son aisance relationnelle et sociale, son bonheur – et celui de la société dans laquelle il vivra. D’où l’importance de la qualité de la naissance, de considérer l’enfant comme une personne, et de ne pas lui infliger de blessures à un niveau quelconque par une conduite non respectueuse de la globalité de l’événement. »

En lisant cet article, il est impossible de ne pas aussitôt mentionner les travaux d’un homme remarquable et célèbre, Frédérick Leboyer, qui a également été disciple de Svami Prajnanpad.

Frédérick Leboyer

NB : « Pour une naissance sans violence » a un peu le même destin que la Vision du Soi selon Douglas Harding : ce sont des évidences auxquelles leurs inventeurs ont sacrifié leurs vies pour essayer de les transcrire dans la réalité. Ce n’est pas encore complètement fait, mais nous sommes nombreux à avoir pris le relais … et nous y parviendrons.

&

Voici une présentation de « Pour une naissance sans violence », Points Essais n° 816 :

« Pourquoi l’enfant crie t’il en venant au monde ? Ce cri, guetté et attendu, synonyme de vitalité n’est-il pas en réalité le reflet de la souffrance du nourrisson ? Ce visage crispé dans un masque de douleur ne traduit-il pas le traumatisme dont est victime l’enfant qui vient à la vie ? Et si oui, comment éviter que la venue au monde du bébé lui soit si éprouvante ? Frédérick Leboyer, gynécologue et obstétricien, interroge son lecteur, dans un ouvrage dont la première version parut en 1975 ! Sous la forme d’un dialogue avec un confrère, il soumet son raisonnement, argumente, explique et propose. A mesure que le texte progresse, il dresse un autre visage de la naissance et donc, de l’accouchement, dont les maîtres mots seraient calme, paix, sécurité et amour. Tandis que la médecine délivre les femmes de la douleur d’enfanter, ne peut-on faire de même pour l’enfant et la douleur de naître ?

Ce texte, il est sublime. C’est celui d’un médecin certes, mais surtout et avant tout d’un homme et qui plus est, d’un écrivain. Un accoucheur poète. En 1975, Frédérick Leboyer a déjà 57 ans et une longue carrière derrière lui (il est né en 1918). De son expérience et de ses réflexions jaillit un accouchement doux connu sous le nom de méthode Leboyer. Si la méthode Lamaze consiste à apprendre à la femme comment accoucher “sans douleur” en lui prodiguant notamment des notions d’anatomie, la méthode Leboyer ajoute quant à elle celle de douceur dans l’accueil du nouveau né. Adieu lumières vives et directives bruyamment exprimées, la salle d’accouchement se doit désormais d’être, autant que possible, un havre de paix, rassurant et paisible pour la mère et son enfant.

Et l’enfant, qui vient à l’instant de quitter le giron réconfortant et connu du ventre de sa maman, se doit-on de l’arracher à celle qui vient de le mettre au monde pour lui prodiguer sans attendre soins et bain ? Ne vaut-il pas mieux privilégier la rencontre entre ces deux êtres qui, pendant neuf mois se sont côtoyés, choyés et aimés avant même de se voir ? L’auteur s’insurge contre l’idée que le nouveau né ne ressent rien et prône le respect de ses sensations, imagine son angoisse, la violence d’un accueil qui l’arracherait immédiatement du sein de sa mère pour le confronter sans attendre à la batterie des examens médicaux. Il n’y a pas plus humain que cet homme !

De l’enfant qui vient au monde, on attend de lui qu’immédiatement, il respire. Lui qui depuis neuf mois puise son oxygène grâce au cordon qui le relie à sa mère. Sa mère, qui pourvoit en tout, oxygène, nourriture et cocon depuis sa conception. Et voilà qu’à peine rejoint le monde des hommes, ce précieux cordon est coupé. Comme s’il fallait détruire au plus vite ce lien désormais rompu, ce lien qui, pourtant, bat encore … Mais laissez-lui le temps à cet enfant, s’emporte l’auteur ! Pourquoi lui enlever cette béquille lorsqu’elle lui sert encore ? Tandis que l’air s’infiltre dans les poumons tout neufs, le cordon fait encore son office.

« Pour une naissance sans violence » est un plaidoyer, une requête, une supplique, une approche profondément sensible et élémentaire de la venue au monde. Il participe d’un éveil au respect de la nature, du corps et du lien d’attachement. Il revient à l’essentiel, avec des mots simples. Les termes médicaux sont bannis, ne demeure que la voix du cœur. Et parce que ces mots-là sont les plus forts, je vous en livre un extrait :

« Cet instant de la naissance,

Apprenez à le respecter.

Moment fragile, mouvement subtil,

Insaisissable autant que celui de l’éveil

Au matin.

On est entre deux mondes,

Sur un seuil.

L’enfant est là, qui hésite.

De grâce, n’allez pas le pousser !

Voulez-vous le faire tomber ?

Laissez ce petit être

Entrer comme il l’entend,

A son allure, à son rythme.

Laissez-le prendre son temps.

Voyez l’oiseau prendre son vol,

Voyez-le lourd et maladroit,

Traînant des ailes qui l’encombrent,

Voyez-le gauche et puis…

Voici qu’il vole !

Il a quitté la terre, c’est l’air qui le porte, le fait gracieux,

Léger.

Quand donc est-il passé d’un royaume dans l’autre ?

C’est si subtil que l’œil ne peut le saisir.

Subtil comme d’entrer ou de sortir du temps.

Et puis, voici la marée qui monte, imperceptible,

Irrésistible,

Et qui se met à redescendre.

A quel moment s’est-elle renversée ?

Avez-vous l’oreille assez fine

Pour entendre l’océan

respirer ?

Oui, cette naissance,

Cette vague qui se détache de la vague,

Naît de la mer sans la quitter,

N’y touchez pas avec vos mains grossières.

Vous n’entendez rien aux mystères.

L’enfant en vient,

Laissez-le faire : il sait. »

&

Frédérick Leboyer est également connu pour son introduction au massage néonatal à travers son ouvrage intitulé : « Shantala, un art traditionnel. Le massage des enfants ».

&

Livres

« Shantala – Un art traditionnel : le massage des enfants »

« Cette lumière d’où vient l’enfant »

« D’amour ou de raison »

« Le Sacre de la naissance »

« Si l’enfantement m’était conté »

Films

« Naissance »

« Shantala »

« Le Sacre de la naissance »

DVD aux Éditions Alizé diffusion

 

Shantala

Un recensement de l’oeuvre de Frédérick Leboyer sur le site « Sans forme ni chemin ».

Ceci, Ici, A Présent – Seule et unique réalité
Entretiens de Frédérick Leboyer avec Svâmi Prajnanpad

Svâmi Prajnânpad pris au mot – Les Aphorismes
Édition bilingue français-anglais

« Entrée dans une autre dimension » : un entretien avec Frédérick Leboyer sur le site de la revue 3° Millénaire.

Cordialement

 

NB :

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de « La philosophie éternelle » d’Aldous Huxley m’oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d’abord la voie du yoga, puis celle de l’enseignement d’Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d’accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *