Est-il possible … ? Oui, c’est possible – Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke

« Est-il possible, pense-t-il, qu’on n’ait encore rien vu, reconnu et dit de vivant ? Est-il possible qu’on ait eu des millénaires pour observer, réfléchir et écrire, et qu’on ait laissé passer ces millénaires comme une récréation pendant laquelle on mange sa tartine et une pomme ?

Oui, c’est possible.

Est-il possible que, malgré inventions et progrès, malgré la culture, la religion et la connaissance de l’univers, l’on soit resté à la surface de la vie ? Est-il possible que l’on ait même recouvert cette surface – qui après tout eût encore été quelque chose – qu’on l’ait recouverte d’une étoffe indiciblement ennuyeuse, qui la fait ressembler à des meubles de salon pendant les vacances d’été ?

Oui, c’est possible.

Est-il possible que toute l’histoire de l’univers ait été mal comprise ? Est-il possible que l’image du passé soit fausse, parce qu’on a toujours parlé de ses foules comme si l’on ne racontait jamais que des réunions d’hommes, au lieu de parler de celui autour de qui ils s’assemblaient, parce qu’il était étranger et mourant.

Oui, c’est possible.

Est-il possible que nous croyions devoir rattraper ce qui est arrivé avant que nous soyons nés ? Est-il possible qu’il faille rappeler à tous, l’un après l’autre, qu’ils sont nés des anciens, qu’ils contiennent par conséquent ce passé, et qu’ils n’ont rien à apprendre d’autres hommes qui prétendent posséder une connaissance meilleure ou différente ?

Oui, c’est possible.

Est-il possible que tous ces gens connaissent parfaitement un passé qui n’a jamais existé ? Est-il possible que toutes les réalités ne soient rien pour eux ; que leur vie se déroule et ne soit attachée à rien, comme une montre oubliée dans une chambre vide ?

Oui, c’est possible.

Est-il possible que l’on ne sache rien de toutes les jeunes filles qui vivent cependant ? Est-il possible que l’on dise : “les femmes”, “les enfants”, “les garçons” et qu’on ne se doute pas, que, malgré toute sa culture, l’on ne se doute pas que ces mots, depuis longtemps, n’ont plus de pluriel, mais n’ont qu’infiniment de singuliers.

Oui, c’est possible.

Est-il possible qu’il y ait des gens qui disent : “Dieu” et pensent que ce soit là un être qui leur est commun. Vois ces deux écoliers : l’un s’achète un couteau de poche, et son voisin, le même jour, s’en achète un identique. Et après une semaine ils se montrent leurs couteaux et il apparaît qu’il n’y a plus entre les deux qu’une lointaine ressemblance, tant a été différent le sort des deux couteaux dans les mains différentes. “Oui, dit la mère de l’un, s’il faut que vous usiez toujours tout …”

Et encore : Est-il possible qu’on croie pouvoir posséder un Dieu sans l’user ?

Oui, c’est possible.

Mais si tout cela est possible, si tout cela n’a même qu’un semblant de possibilité, mais alors il faudrait, pour l’amour de tout au monde, il faudrait que quelque chose arrivât. Le premier venu, celui qui a eu cette pensée inquiétante, doit commencer à faire quelque chose de ce qui a été négligé ; si quelconque soit-il, si peu désigné, puisqu’il n’y en a pas d’autre. Ce Brigge, cet étranger, ce jeune homme insignifiant devra s’asseoir et, à son cinquième étage, devra écrire, écrire jour et nuit. Oui, il devra écrire, c’est ainsi que cela finira. »

Rainer Maria Rilke

« Les carnets de Malte Laurids Brigge »

 

Cordialement

 

Paris, la soi-disant « ville-lumière » – qui porte si mal son nom – a néanmoins permis au prodigieux texte ci-dessus d’advenir.

J’ai récemment relu ce « roman » de Rilke lors d’un séjour en Valais pour parcourir quelques-uns des nombreux bisses de la région. Je n’ai bien sûr pas manqué de visiter l’exposition permanente « Le Valais vu par Rilke » de la Fondation Rilke. Je vous recommande chaleureusement ce bel endroit & son accueil chaleureux.

&

J’ignore si Douglas Harding connaissait ce texte … Mais, grâce à lui, quelques « choses » sont « arrivées » depuis que Rilke l’a écrit :

  • « une recherche obstinée », centrée sur la question « qu’est-ce que je suis ? », et plus exactement : « où suis-je ? ». Tout comme Rilke, Douglas Harding s’est senti « heimatlos » – apatride, étranger partout … – jusqu’à ce qu’il revienne Ici au Centre, dans la zone « Je Suis » du dessin ci-dessous, et « explose » ensuite aux dimensions de l’univers, notre véritable Corps :

  • puis « Vision » : Voir, voir que mon Identité profonde, ma Véritable Nature est espace d’accueil illimité & inconditionnel, autrement dit ouverture à « l’Ouvert » ;
  • puis la Vision du Soi, pour ne pas se contenter d’« écrire », mais rendre ce miraculeux accomplissement accessible à tous ceux qui le veulent vraiment.

Voilà, vous avez désormais le choix :

  • persister à « rester à la surface de la vie » – dans la seule zone périphérique « je suis humain » du dessin ci-dessus -, à gaspiller votre précieux temps – votre vie – « comme une récréation pendant laquelle on mange sa tartine et une pomme », 
  • ou tenter l’audacieuse aventure de la Vision du Soi selon Douglas Harding.

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.