Dieu et les Hommes – Jean-Roger Caussimon

Voici « Dieu et les hommes »,  une chanson ancienne plutôt méconnue – mais aussi intemporelle que nécessaire – d’un véritable artiste qui aurait mérité plus de succès : Jean-Roger Caussimon.

Cette chanson fait partie de l’album « Il fait soleil ».

 

Cordialement

 

NB : « Là dans la glace j’ai vu le Bon Dieu … ». Douglas Harding aimait dire en plaisantant que chaque salle de bains devrait proposer un miroir équipé d’un tube, afin de permettre de voir simultanément, aussi souvent que nécessaire, sans distraction ni échappatoire, en y engageant sa tête :

  • là-bas à l’extrémité du tube dans le miroir : notre reflet, ce que nous sommes vu à distance et de l’extérieur pour les autres, notre visage (« face » en anglais), la partie de notre corps la plus communément utilisée pour représenter notre « petit » moi & ego (Cf. tous nos documents soi-disant d’identité).

 

  • de notre coté du tube, en faisant pivoter notre regard de 180°  : notre réalité, ce que nous sommes pour nous-même vu sans distance et vers l’intérieur, notre « absence de tête » (« no-face »), le « Rien » central qui explose instantanément en tant qu’espace d’accueil du« Tout », de tous les autres et de tout l’univers, notre véritable Identité.

« Tu me croyais sur un nuage … non je suis là, salut mon vieux ! »

Alors ce n’est certes pas ce « Dieu » là que vous trouverez de votre coté, mais peut-être une « non-chose » qui a à voir avec la « déité » (« Gottheit ») de Maître Eckhart, la Nature de Bouddha, le Claire Lumière, le Visage Originel, … Peu importe le nom puisque la (non) chose est totalement accessible !

&

Comme assez peu de salles de bains sont équipées de la sorte, il convient simplement de faire l’agréable effort de regarder dans les deux sens, tel qu’indiqué par le dessin ci-dessous :

Chaque matin, ce qui n’est pas la pire façon de commencer la journée, et aussi souvent que possible dans tous les miroirs & autres surfaces réfléchissantes qui se présentent, jusqu’à ce que ce double regard soit totalement intégré, (re)devenu naturel. C’est une excellente manière pour replacer le « petit » (le moi, l’ego) à sa juste place au sein du « Grand » (le Soi). Pour vivre enfin sa vie en plénitude. Pour retrouver notre dignité « Corps & Âme – Esprit ». « Le seul espoir pour ce monde dément … »

NB : Vous contenter de lire ce qui précède ne sert quasiment à rien : il convient d’avoir l’audace de faire l’expérience du tube & quelques autres, de vérifier par soi-même ce qu’il en est vraiment, et de vouloir vraiment valoriser ce qui aura été vu.

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.