Diamond … without any Rust ! inspiré par Joan Baez & Judy Collins

J’ai découvert sur ipapy la pépite ci-dessous voici déjà quelques semaines, et après l’avoir savourée, apprécié son immense valeur, j’ai décidé (0) de m’inspirer de « Diamonds & Rust » pour tenter d’écrire Diamond … without any Rust !

 

Alors bien sûr, puisque nous sommes sur volte-espace où il est surtout question de Vision du Soi selon Douglas Harding, ce Diamant unique, c’est l’Un (Cela, le Royaume, le Visage Originel, la Source toujours pure, … peu importe le nom toujours approximatif par lequel on essaye vainement de le désigner).

Les diamants ne sont que des choses, précieuses certes¹. Et les souvenirs évoqués dans cette chanson, tout comme les émotions & sentiments qu’ils éveillent, ne sont aussi, en réalité, que des « choses » périphériques, des formes de conscience. Alors que ce qui nous concerne ici c’est rigoureusement l’inverse, une « non-chose » centrale, « no-thing », l’espace d’accueil illimité et inconditionnel que nous sommes tous.

Comment ce Trésor serait-il susceptible de subir les attaques de quelque rouille que ce soit, alors qu’il nous fait passer dans une dimension intégralement située en-deçà de l’espace et du temps ?

La corrosion concerne des « choses » périphériques contenant du fer et intervient en présence d’oxygène, d’eau et de temps. « C’est une réaction d’oxydation lente qui aboutit à la formation d’oxydes ou d’hydroxydes plus ou moins hydratés et mal cristallisés, dont le plus stable est l’hématite » précise wikipédia. Bref le résultat n’est ni très esthétique ni très solide ; on s’en passerait volontiers.

Ici au Centre, dans cet espace d’accueil illimité et inconditionnel que nous sommes tous – que nous en soyons conscients ou pas, que nous le voulions ou que nous le refusions – rien, le vide, l’inverse exact de toute chose. Ici au Centre aucun phénomène de dégradation n’est possible. Mais il n’est surtout pas question d’idôlatrer ce vide, puisque dès qu’il est vu – parfaitement – il explose instantanément aux dimensions de l’univers pour tout contenir. Ce vide a pour nature et fonction d’être le contenant ultime.

Parvenu à ce point, je cours le risque que vous me disiez que toute cette belle métaphysique sophistiquée est inaccessible au commun des mortels, qu’elle est réservée à des êtres exceptionnels réincarnés après des dizaines de milliers de vies antérieures consacrées à une intense ascèse spirituelle, à des personnes suivant scrupuleusement l’enseignement d’un maître soigneusement inséré dans une lignée traditionnelle reconnue, … et patati et patata …

NON. Si voir votre Vraie Nature est ce que vous voulez vraiment, si vous avez l’audace de franchir le pas, rien de plus simple, concret, rapide et joyeux avec quelques expériences de Vision du Soi². Et n’est-ce pas finalement tout à fait normal puisqu’il s’agit simplement de retrouver notre état naturel, ce « sahaja state » de l’hindouisme, de retrouver une « nudité » recouverte par de nombreuses couches de « vêtements ». Tous les plus grands maîtres ont – assez vainement il est vrai – insisté sur l’évidence de ce qui est désigné comme un éveil, une nouvelle naissance. Par exemple Ramana Maharshi :

« L’éveil est aussi évident qu’une groseille dans le creux de la main. »

Alors oui, quel bonheur d’entendre ces deux femmes si belles en leur bel âge³ chanter dans une magnifique complicité … Mais, que leurs « diamants » nous renvoient à notre « essence transparente comme le cristal », que leur « rouille » nous ramène en ce vide central qui lui aussi nous tend les bras et nous offre la seule sécurité … le seul véritable fondement de l’amour.

Si vous ne voulez plus vous payer de mots – surtout de mots « vagues et incertains » – si vous consentez enfin à « voir votre propre équation écrite noir sur blanc », ne passez pas à coté de la Vision du Soi selon Douglas Harding.

 

Cordialement

 

0 – En fait je n’ai rien décidé du tout : cette chanson et ses deux magnifiques chanteuses, mais aussi sa nostalgie un peu pernicieuse ne me laissent pas en paix, c’est tout.

¹ – Précieuses par leurs nombreuses utilisations, pas seulement esthétiques. Mais … ces merveilleuses petites pierres très dures sont aussi parfois, souvent …, des pierres de sang, évoquées notamment dans le film « Blood Diamond ».

² – Mais la Vision du Soi n’est pas une baguette magique. Elle ne vous offre rien de plus qu’une expérience de première main de votre Vraie nature et des outils efficaces pour y demeurer dans le quotidien. Rien de moins non plus. Ce n’est pas une voie « bon marché … en solde » ni un « raccourci ». Seuls des imbéciles mal intentionnés qui ne l’ont pas testée dans la durée peuvent oser prétendre le contraire.

³ – Est-ce que Joan Baez et Judy Collins sont de beaux spécimens de « vieillir en pleine conscience » ? Sur scène c’est clair, dans les coulisses … je ne connais pas assez bien leurs histoires respectives pour le savoir.

Mais ce qui importe c’est vous et votre réponse à la question « Comment ne pas vieillir ? »

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 3 - Vieillir en pleine conscience, Fondamentaux Vieillir en pleine conscience and taguée , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.