De « je suis moi [… & Je Suis] » à « Je Suis & je suis »

L’atelier de Vision du Soi selon Douglas Harding animé à Morges début décembre a été l’occasion de tester, une fois de plus, la pertinence du « jeu » du « je suis & Je Suis » :

  • Après un court sas d’entrée,  je me présente : je suis ~~ Jean-Marc
  • Je demande à quelques personnes de se présenter ainsi : je suis ~~ A, G, Z, …
  • Puis je demande à tous les participants de faire de même, pile à mon signal : je suis ~~A&B&C&D&…&X&Y&Z !

Quel enseignement tirer du joyeux brouhaha qui s’ensuit ? Et bien rien de moins que quelque chose d’à la fois infiniment simple et infiniment profond :

  • Prononcer cette phrase banale, comme chacun le fait généralement plusieurs fois par jour, c’est d’une part énoncer sa principale identité périphérique, résumée par un prénom qui est surtout utile pour les autres, là-bas à quelque distance ;
  • et, d’autre part, c’est exprimer conjointement « sa » Réalité la plus profonde, Ici au Centre, à zéro mm de soi-même, son « visage originel » dont un des noms est « Je Suis » ;
  • C’est aussi entendre, en-deçà de la dissonance de la multiplicité des prénoms qui s’entrechoquent, l’harmonie de ce Je Suis unitaire et unifiant. C’est d’une perception qu’il s’agit, pas d’une compréhension véhiculée par un concept.
  • C’est enfin réaliser l’asymétrie totale entre un contenant unique, Je Suis, et des contenus multiples, les divers prénoms. Absolue différence de nature & non-dualité parfaite : nous sommes en plein paradoxe, en plein mystère.

Ce petit jeu acoustique ne suscite pas toujours l’unanimité. Mais je persiste néanmoins à l’utiliser, car aussi incomplète et imparfaite soit-elle, cette association « je suis & Je Suis » présente deux intérêts majeurs :

  • nous utilisons tous en permanence le « je suis » de base : je suis unetelle ou untel, boucher-charcutier ou chirurgien-dentiste, en pleine forme ou patraque, …
  • et il suffirait de ralentir un peu entre le verbe et le prénom, de mettre un peu de conscience dans l’intervalle noté ci-dessus par « ~~ », pour reconnecter le « Je Suis » ultime (ego eimi – ἐγώ εἰμί) mis en évidence par Jean-Yves Leloup dans l’évangile de Jean. C’est un support d’exercice très efficace.
  • Ce « Je Suis » bien enraciné dans la tradition chrétienne vous dérange un peu ? Qu’à cela ne tienne, faites alors plutôt le lien avec les grandes paroles des Upanishads : « Je Suis Brahman », « Tu Es Cela », « Soham », … Ou avec celles d’autres traditions …
  • Ou bien restez hors tradition établie, dans un émerveillement d’être poétique, philosophique, scientifique, … humain tout simplement.

Un atelier de Vision du Soi consiste simplement à bien Voir ces deux pôles et leur juste relation : ma réalité de « Je Suis » central d’où émane mon apparence périphérique de « je suis » humain.

A passer de « je suis moi [… & Je Suis] » à « Je Suis & je suis ».

CarteDouglas1

Cordialement

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *