Constats de Dogen …

Samedi 9 septembre 2017 j’ai tenu le stand volte-espace (0) au Forum des Associations de St-Jean de Maurienne. Derrière moi était affiché un grand panneau sur lequel j’avais écrit ces quelques mots de Dôgen :

« Lorsque, sans penser,

Seulement j’écoute,

Une goutte de pluie

Au bord du toit,

C’est moi. »

&

« Tout son qui atteint mon oreille

Est une voix.

Là, à l’instant,

C’est mon ami !

Il n’est rien qui ne me parle. »

&

« Ne considérez donc pas les montagnes, les rivières et la terre elle-même comme extérieures à vous, comme différentes de vous, sous le prétexte qu’elles ne vivent pas selon votre mode. Vous devez clairement comprendre que l’univers et notre propre existence ne font qu’un. »¹

&

De nombreuses personnes passèrent sans piper mot devant cet étalage de « trésors », puis une jeune fille de … huit/dix ans arrête sa mère qui la tirait un peu brusquement par le bras dans la travée².

  • « Maman … comme c’est beau, attends un peu, lit … »
  • « Ce ne sont que des mots, de la poésie … viens. »

… ! … ?

Eihei Dôgen (1200-1253)

Il y a bien longtemps, bien avant Dôgen, que NON, justement, ce ne sont pas « que des mots », mais une réalité solide et accessible, ce Réel même qui est notre héritage de naissance et notre dignité d’être humain. Les enfants le perçoivent souvent bien mieux que les adultes, d’où l’insistance de nombreux textes à « redevenir comme de petits enfants » ; d’où également l’insistance de la société, de Big Brother, à nous presser de devenir de pseudos « adultes » … toujours pressés !

Les enfants sont encore vivants, les « adultes » sont – pour la plupart – déjà « morts ». Les enfants pressentent qu’il y a quelque chose de plus que le seul corps & mental – le « corps & âme » de Michel Fromaget – parce que sinon la vie n’aurait aucun sens. Les « adultes » consacrent une bonne part de leur énergie à nier que cette troisième dimension – esprit & Esprit – existe … et ils prétendent « éduquer » les enfants …

Dôgen Zenji a consacré sa courte vie a redresser la barre du zen au Japon, avec autant de poésie dans l’expression que de génie et de rigueur dans la transmission de l’essentiel.

Et puis le zen a continué sa longue course vers l’est … pour finalement aboutir à l’exceptionnelle « contribution occidentale au zen » de Douglas Harding, puisque tel est le sous-titre de « On having no head », traduit en français par « Vivre sans tête ».

Dans ce livre Douglas répond notamment à ceux qui s’interrogent sur sa méthode : « Mais tout ceci, est-ce du zen ? » , et qui lui reprochent ce qu’ils prennent pour une insupportable prétention … sans même avoir eu l’honnêteté de pratiquer la moindre expérience de Vision du Soi.

Quelques-unes de ces géniales expériences suffisent pour vivre les poèmes de Dôgen, pour non pas « clairement comprendre » – Douglas lui-même avouait humblement n’y rien comprendre – mais pour Voir parfaitement « que l’univers et notre propre existence ne font qu’un. »

Quelques-unes de ces géniales expériences suffisent pour introduire le chercheur sincère à l’essence de la méditation …

Le dessin ci-dessous représente l’essentiel de ces expériences ….

… mais il ne vous servira à (presque) rien tant que vous n’aurez pas l’audace de les faire. Et il ne vous servira à guère plus tant que vous n’aurez pas la détermination de les intégrer à votre quotidien, de les transformer en exercice. Bien entendu n’en croyez pas un traître mot, essayez, vérifiez !

 

Cordialement

 

0 – Volte-espace s’efforce de perpétuer en Maurienne les activités proposées ces deux dernières années par ACOM : méditation « dans l’esprit du zen », projections & débats autour de témoignages de recherche spirituelle, …

¹ – « Seulement de Bouddha à Bouddha », chapitre 92 du Shôbôgenzô. Dans « Maître Dôgen – Moine zen, philosophe et poète » de Jacques Brosse aux éditions Albin Michel.

Voici le dernier paragraphe de son introduction : « Moine zen et enseignant, j’ai, depuis vingt ans, étudié et exposé la pensée de Dôgen Zenji, sans cesser de m’émerveiller de sa pénétration, de sa profondeur et de sa puissance. Notre image de l’homme en sort prodigieusement grandie, pleine de promesses d’accomplissement. Ne serait-ce pas la philosophie qui nous manque, et comment ne serais-je pas tenté de faire partager ce que, si généreusement, Dôgen nous prodigue ? »

Le mot de « philosophie » ne convient pas, ne suffit pas … Dôgen Zenji nous offre infiniment plus. Ne vous contentez pas de lire et d’étudier le Shôbôgenzô, vivez le. La Vision du Soi peut vous aider à vérifier si Dôgen « a bien pigé le truc » !

Et puis surtout, ces quelques mots de Dôgen ne sont pas là seulement pour faire joli … Ce qu’il nous propose, ce que le zen nous propose, ce que la Vision du Soi nous propose, c’est peut-être bien la seule porte de sortie hors du désastre écologique, hors de l’ignorance & violence des fondamentalistes « religieux » et des fondamentalistes « économiques » … Excusez du peu !

² – Une maman trop pressée sans doute d’aller inscrire sa fille à une des nombreuses activités proposées sur le Forum ou, si c’était déjà fait, de vite aller faire des courses … ou dieu sait quoi, mais vite, vite, toujours plus vite …

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.