« … cela seul est digne d’un homme » – Svami Prajnanpad

« Prasad*, le 17 Octobre 1950

Le seul but de la vie humaine est d’aimer de manière si totale que l’on arrive à voir tous comme un.

Swami Prajnanpad     1891 - 1974
Svami Prajnanpad
1891 – 1974

Vous êtes né, nu et seul. Quand vous mourrez, vous partirez seul et nu. Tous les enfants des hommes naissent de la même manière. Rien ne les distingue à leur naissance. Ce n’est que dans la période intermédiaire que toutes les distinctions apparaissent : le sens de ce qui est « à moi », de ce qui m’est « étranger », les différences de caste, de fortune, de savoir etc … ainsi que le sens de ce qui est haut et bas, inférieur et supérieur, [touchable] et intouchable. Ce n’est que séparation, rien que séparation. Tout enseignement [samskâra] qui ne réunit pas l’homme à l’homme mais qui, au contraire, essaye de garder les hommes séparés est faux ; un tel enseignement (samskâra) entraîne peu à peu vers les abîmes les plus dégradants, ne permet pas à l’homme de rester un homme et le rend inférieur même aux animaux. Tous les hommes sont pareils, les distinctions de castes, de samskâra, de fortune etc … ne sont pas discernables tant qu’on ne les proclame pas. Établir de telles distinctions est l’œuvre perverse d’un intellect (buddhi) trompeur. Ébranler et faites tomber tous les murs qui divisent. Serrer chacun contre son cœur comme s’il était un membre de sa propre famille, cela seul est digne d’un homme.

P. »

 

Le texte ci-dessus est une lettre en bengali adressée par Svami Prajnanpad à Abalakant. Elle figure dans le recueil intitulé « Les yeux ouverts », paru aux éditions L’Originel en 1989, dans une traduction de Colette et Daniel Roumanoff et avec une préface d’André Comte-Sponville.

Ce recueil nous propose trente huit lettres à Abalakant, entre le 16 Avril 1949 et le 21 Octobre 1963, et la plupart sont d’une grande profondeur. Celle du 8 Avril 1954 est également très puissante :

« Il n’y a aucune division nulle part. Ce qui semble tel n’est qu’apparence : moi, toi, lui, cela, tous ceux-ci ne sont pas séparés, ni divisés en compartiments. Seulement « je suis », l’UN seulement EST : il n’y a pas de division, pas de multiplicité.

[…]

Ne vous divisez pas. Quand on se divise, on se tue et on tue. Cette division, cette tuerie, ce meurtre de soi-même, est à la source de la souffrance et de la peine, de la haine, de la tristesse et du dégoût. Ne pas tuer est présent en vous : Je suis ce que je suis, le tout indivisible, l’UN. Sânta, siva, prajnâna, [en paix, bienfaisant, Connaissance Suprême]. »

« Ébranler et faites tomber tous les murs qui divisent«  : c’est exactement ce que propose la Vision du soi selon Douglas Harding, c’est ce que je vous propose dans divers ateliers.

N’en croyez pas un traître mot, venez vérifier …

Cordialement

* Prasad : nom de la maison où séjournait Svamiji pendant la saison des pluies

by-nc-sa

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 1 - Pratique de la Vision du Soi, Fondamentaux Vision du Soi and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *