Catégories
4 - Transformation personnelle & sociale Fondamentaux Transformation personnelle & sociale

Cela s’appelle la vérité … – J.M.G Le Clézio

«Pour que les générations futures vivent dans un monde meilleur»

« Cher Bernard Stiegler,

Je vous remercie beaucoup de m’avoir invité à soutenir l’action de Greta Thunberg, et la vôtre, pour que les générations futures vivent dans un monde meilleur.

Greta Thunberg – 03/01/2003

Je suis né a une époque ou cette préoccupation n’existait pratiquement pas. Particulièrement pour ceux de ma génération, nés pendant la deuxième guerre mondiale, la question qui se posait était plutôt d’ordre politique et social. Comment cette humanité (dans l’ouest de l’Europe, mais aussi au Japon, en Chine, et en Amérique du nord) allait-elle survivre à cette terrible crise de l’après guerre, et réussir sa transformation en un monde égalitaire et pacifique ? Cela ne signifiait pas que l’équilibre entre les dépenses humaines et les avoirs naturels était ignoré, mais qu’il passait au second plan, puisque la recherche du bien être individuel était l’objet, et que cela supposait la résolution de tous les problèmes par le progrès technique. Cela se comprend : les enfants de ma génération ont souffert des maladies qui aujourd’hui ont été éradiquées dans le monde développé. Nous étions des survivants.

Cela dit, non pour nous exonérer de nos responsabilités, ni pour nous atténuer nos erreurs, mais pour mieux comprendre le chemin parcouru depuis cette époque. J’ai moi même vécu après la guerre en Afrique de l’ouest, ou tout semblait inépuisable, les ressources, la vie naturelle, la capacité de progresser. Nous pouvions ressentir une certaine inquiétude, une indignation instinctive, quand, par exemple, nous visitions la demeure d’un District Officer en poste à Obudu, près de la frontière du Cameroun, lorsqu’il nous montrait avec vanité la collection de cranes de gorilles de montagne qu’il avait fusillés. Mon père, médecin de brousse dans la même région, répondait avec ironie aux touristes qui partaient en safari, que les seuls animaux dangereux de la région étaient les moustiques. Quarante ans plus tard, Peter Mathiesen (0) a écrit un beau livre, « Le silence de l’Afrique »¹, pour faire état du désastre.

Lorsque la jeunesse d’aujourd’hui se soulève pour réclamer des comptes, pour demander que l’on agisse – en cela Greta est la grande figure de ce temps – cela est non seulement justifié, cela est urgent et ne peut plus attendre les promesses des politiques.

L’argument que l’on oppose aux avocats de la décrue technocratique, qui sert a discréditer le mouvement écologiste dans son ensemble, est l’impossibilité d’un « retour en arrière », comme si le surdéveloppement et l’excès de consommation des ressources signifiait l’appauvrissement et l’arriération de la société moderne. L’autre argument, qui découle du premier, est que le développement  des pays non industrialisés – les pays qui justement procurent l’essentiel de la matière première au reste du monde – est lié a cette surproduction, et que toute réduction de cette production signifiera l’arrêt du progrès, et donc la rétrogradation de ces pays. Pis encore, les chantres du sur développement  mettent en avant la menace d’une rétrogradation des pays riches, les condamnant ainsi a retourner au niveau de sous développement des pays pauvres – ils donnent en exemple le PIB² du Ghana ou du Vietnam, quand ce n’est pas celui des pays les plus pauvres de la planète, tels que Haïti ou le Mozambique. Les mêmes arguments servent aussi aux politiques pour défendre les situations de néo colonialisme, en comparant le niveau des anciennes colonies (les « outre mer » ou les ‘territoires sous mandat » tels que les BIOT britanniques ou les dépendances françaises du Pacifique et de l’Océan Indien) à celui des états nouvellement indépendants, tels que Maurice ou le Vanuatu.

Dans cette argumentation, il n’est jamais fait mention des paramètres affectifs ou éducatifs qui serviraient mieux ces comparaisons, c’est-à-dire les éléments historiques (l’Age de ces nouveaux pays, leur histoire coloniale cruelle, l’ancienne sagesse de leur culture) et les éléments d’éthique – ces paramètres de bonheur et de partage qui apparaissent dans la classification des états selon Amartya Sen, et qui placent des pays tels que le Ghana, la Bolivie ou le Népal bien au dessus des grands systèmes impérialistes.

Le mérite de Greta, et de tous ceux qui soutiennent son combat – rappelons-nous le sens de du mot écologie, la science de la maison, puisque le monde après tout est notre seule maison – c’est de nous placer devant cette urgence, cette absolue nécessité : examiner nos valeurs maintenant, faire nos choix sans plus tarder, décider nous-mêmes de notre avenir et de celui de nos enfants. Cela s’appelle la vérité, tout le reste n’est qu’un vain discours, une chimère destructrice, une mascarade sans issue.« ³

J.M.G Le Clézio

J.M.G Le Clézio – Festival du livre de Nice 2018

 

Cordialement

 

0 –  Je découvre dans sa notice wikipedia que « Peter Matthiesen et sa femme Deborah Love étaient des pratiquants du bouddhisme zen. Après le décès de son épouse, Matthiessen devint moine bouddhiste, termina ses études zen et devint, en 1991, le premier successeur zen de Bernie Tetsugen Glassman. Avec sa seconde femme, Maria Eckhart, d’origine tanzanienne, il vivait à Sagaponack, dans l’État de New York où il dirigeait un groupe zen. »

Naturaliste, écrivain, bouddhiste zen : un confrère américain de Jacques Brosse en quelque sorte.

“Zen is really just a reminder to stay alive and to be awake,” he told the British newspaper The Guardian in 2002. “We tend to daydream all the time, speculating about the future and dwelling on the past. Zen practice is about appreciating your life in this moment. If you are truly aware of five minutes a day, then you are doing pretty well. We are beset by both the future and the past, and there is no reality apart from the here and now.”

His last novel, “In Paradise,” tells the story of a group that comes together for a meditative retreat at the site of a former Nazi death camp. Such retreats were familiar to him. He regularly welcomed Zen students to a zendo, a place of meditation, on his grounds.

« Peter Matthiessen, Lyrical Writer and Naturalist, Is Dead at 86 »

NB : « In Paradise », 2014, a été traduit en français : « Au Paradis », Éditions des Deux Terres, 2015

¹ – « Le silence de l’Afrique » est désormais édité sous le titre « Silences africains », Payot, 1994

² – Cf. « Le PIB ne mesure rien … – Robert F. Kennedy »

³ – La détestation de Greta Thurnberg est assez largement partagée, même parfois par des gens censés être intelligents … Il est difficile à des adultes de reconnaître qu’une adolescente a parfaitement raison de déclarer que « le roi est nu ». (Cf. « Les Habits neufs de l’empereur », conte d’Hans Christian Andersen publié en 1837.)

Que la « fête » – indécente, obcène, violente, injuste, insensée, … – d’un certain « progrès » est en train de se terminer.

Qu’il convient désormais de procéder à « un retrait sans réserve, organisé et durable ».

La détestation évoquée ci-dessus s’enracine dans un mélange, dangereux et détonnant, de jalousie et de très forte culpabilité de n’avoir pas vu l’évidence, d’avoir pendant très longtemps été aveugle, d’avoir « collaboré » avec les puissances de destruction, d’avoir fait partie de la maladie du monde … Il n’est pas facile de sortir indemne d’une telle situation, d’où la nécessaire phase de déni et de colère. Ça passera.

Faire l’expérience personnelle de la réalité de l’ici & maintenant – condition indispensable pour se sortir de notre « chimère destructrice » – nécessite de bons outils : le zen en est un, la Vision du Soi selon Douglas Harding en est un autre qui facilite grandement l’accès au premier. N’en croyez pas un traître mot, essayez, vérifiez !

Par Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils.
La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi.
Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins.
La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.