Bernard Besret, un « théologien soixante-huitard »

Bernard Besret

Les (rares) lecteurs de volte-espace savent que j’éprouve une sincère gratitude envers Bernard Besret (0).

Je suis donc assez contrarié de voir apparaître dans les premiers résultats d’une recherche wouèbe portant sur ses nom & prénom un ahurissant procès à charge intitulé : « Bernard Besret, un “théologien” soixante-huitard », porte ouverte à des commentaires des plus nauséabonds¹.

Voici quelques extraits de ce « torchon », assortis de mes commentaires.

&

« Mais c’est à l’ouverture, en 1962, des travaux du concile Vatican II, que Bernard Besret commence un travail de sape en devenant conseiller théologique de plusieurs évêques belges et français. … »

Le « rédacteur » n’a sans doute aucune connaissance tangible de la vie et de l’œuvre de Bernard Besret, ce qui ne l’empêche pas de vouloir le décrédibiliser d’entrée de jeu en l’associant avec un concile Vatican II qu’il considère sans doute dans son intégralité comme « un travail de sape ».

Ce « rédacteur » a-t-il une meilleure connaissance du contenu – considérable – des travaux du Concile … ? J’en doute fort. Pour Hervé Legrand – prêtre dominicain français spécialisé dans le domaine de l’œcuménisme et de l’ecclésiologie –  le programme de Vatican II n’est pas celui d’une “adaptation de l’Église au monde” mais celui d’une “adaptation de l’Église à l’Évangile pour pouvoir mieux en témoigner dans un monde changé et changeant”. Et force est de constater, après les tergiversations de Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI, qu’il reste encore bien du pain sur la planche ! François n’essaye-t-il pas, contre vents et marées, Curie et « traditionalistes », de remettre tant bien que mal l’Église dans l’axe du concile … ?

« Gagné à l’idéologie de la subversion, il en fait preuve dès qu’il devient prieur à l’abbaye de Boquen. Son premier geste est symbolique : il supprime les clés du monastère et déclare en faire un lieu d’accueil, de réflexion et de dialogue pour tous, qu’ils suivent ou non les règles de l’Église. … »

Il faut reconnaître à Bernard Besret le sens du symbole et la fidélité à l’Évangile, qui n’est tout entier, à mon humble avis, qu’une grande leçon d’ouverture … au « souffle de l’Esprit », d’accueil … à ce que Jésus appelle « unité avec un Père … plus grand que lui ». Pas de « règles » à respecter, sinon celle de l’amour & agapé. Si un monastère est effectivement doté d’une clôture, c’est juste un moyen de limiter toute dispersion afin de travailler sereinement à l’ouverture la plus large possible à … la Joie Spacieuse. Comme le chante génialement Georges Brassens, si le « rédacteur » & ses amis jugent que Bernard Besret « a failli, ça laisse à penser que pour eux, l’évangile c’est de l’hébreu » !

« De nombreux étudiants viennent y participer à  des discussions sur la sexualité, la contraception, la place des prêtres. Bernard Besret transforme le monastère en une sorte de laboratoire pour la réforme de la vie monastique selon idées de mai 68 ! … »

C’est bien connu, les « jeunes », les « étudiants », sont tous des obsédées sexuels à la puissance dix … Dans un entretien radiophonique déjà ancien avec Renaud Camus, Christian Bobin inverse radicalement la remarque désabusée, et péremptoire, d’une poétesse russe contemporaine affirmant que « l’amour n’est que prétexte à baiser ». Pour lui « baiser » – tout comme la plupart des autres activités – n’est que prétexte à l’amour … En plus des textes de Bernard Besret et de ceux du Concile, le « rédacteur » & ses amis feraient bien de lire aussi ceux de Christian Bobin, à commencer par « Le Très-Bas ».

« Le 10 mai 1969, Dom Bernard organise une fête. Lors du discours d’accueil, il dit sa volonté de faire des monastères “des centres de construction du peuple chrétien” et affirme “que le célibat comme l’ascèse et la prière doivent être choisis en fonction de notre aptitude à l’amour […] chaque fois que sous prétexte de religion nous voulons imposer un carcan à la vie privée, domestique ou professionnelle de l’homme, nous allons à l’opposé de la libération que le Christ est venu apporter”. Bernard Besret ou l’évangile selon saint Marx … »

Je ne suis pas un fin connaisseur de Marx … Mais il me semble que ce discours, « Boquen, hier, aujourd’hui, demain » – prononcé le 20 août, jour de la St-Bernard … – demeure parfaitement centré sur cet amour & agapé qui constitue le cœur battant de l’Évangile. La seule justification de l’Église consisterait à recentrer tous ses moyens & efforts sur une pédagogie efficace de cet amour & agapé. Bernard Besret souhaitait juste apporter une solide contribution à ce seul projet qui vaille, dans le droit fil de la formule (magique …!) de St-Augustin : « Aime et fais ce que tu veux », ou « Aime et fais comme bon te semble ». Mais il est vraisemblable que notre « rédacteur » & ses amis ne doivent pas plus apprécier la citation que son auteur, pourtant Père de l’Église² …

« Il veut aussi substituer aux règles monastiques traditionnelles les “expériences” d’une association ouverte sur le monde. Vous imaginez ce que cela signifie dans l’esprit soixante-huitard du moment, fait de subversion et de révolution sexuelle. … »

Cette vieille lune du « traditionnel » mérite d’être démantelée aussi souvent qu’elle refait surface : ce qui est véritablement « traditionnel » c’est une transmission pleinement réussie, et tout ce qui s’éloigne d’un iota de cet objectif ambitieux n’est que conservatisme peureux,  mesquin, jaloux … Je pense qu’il n’est pas nécessaire d’accumuler moult preuves du très mauvais rendement de la pédagogie majoritaire de la transmission de … l’expérience chrétienne. Pourquoi vilipender ainsi les « expériences » puisque le christianisme est avant tout – et notamment avant toute croyance en un quelconque dogme – affaire d’expérience, et qu’il est en réalité tout à fait possible de le résumer ainsi :

« Rabbi, … où demeures-tu ?

Il leur dit : « Venez et voyez. » [traduction d’André Chouraqui] « Venez et vous verrez. » [TOB] Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait et ils demeurèrent auprès de lui ce jour là.

Jean 1, 38-39

[Ῥαββί ποῦ μένεις; Λέγει αὐτοῖς, Ἔρχεσθε καὶ ἴδετε. Ἦλθον καὶ εἶδον ποῦ μένει: καὶ παρ’ αὐτῷ ἔμειναν τὴν ἡμέραν ἐκείνην:]

Philippe lui dit : « Viens et vois » [TOB et Chouraqui …]

Jean 1, 46

[Καὶ εἶπεν αὐτῷ Ναθαναήλ, Ἐκ Ναζαρὲτ δύναταί τι ἀγαθὸν εἶναι; Λέγει αὐτῷ Φίλιππος, Ἔρχου καὶ ἴδε.]

Quant à la « subversion », parlons-en, mais sérieusement, notamment avec l’aide du texte de Jacques Ellul, « La subversion du christianisme ». Ce livre propose en exergue cette citation de Kierkegaard :

« Toute la chrétienté (c’est-à-dire le christianisme historique tel qu’il s’est imposé) n’est autre chose que l’effort du genre humain pour retomber sur ses quatre pattes, pour se débarrasser du christianisme, en prétendant que c’est son accomplissement. »

Et vous pouvez bien sûr compter sur Jacques Ellul pour étayer soigneusement cette pensée, pour le moins dérangeante … Est-ce cette « tradition » de quasi-inversion du message évangélique que notre « rédacteur » & ses amis souhaitent maintenir ? S’ils considèrent que ce livre commence à dater un peu (1984), que Jacques Ellul est passé de mode, ils peuvent également se nourrir des travaux – incontournables – de Marie Balmary ; quelques-unes de ses découvertes viennent à mon avis conforter les audaces passées de Bernard Besret.

« Médiatisé, il propose que les prêtres puissent bénéficier d’une année sabbatique pour réfléchir à leur engagement face au célibat. Le lendemain, le discours est reporté en première page de Ouest-France. Le scandale devient trop évident. son éloignement progressif des dogmes de la foi chrétienne entraînent, d’une part, le désaveu de la hiérarchie catholique (il est déposé de sa charge de prieur en 1969). … »

La première phrase de ce dernier paragraphe permet de poser assez simplement, quoiqu’assez brutalement, les questions suivantes :

  • si cette proposition avait été agréée, combien de (dizaines de …) milliers d’enfants innocents auraient échappés aux abus sexuels dont ils ont été victimes de la part de « prêtres » dans le monde entier … ?
  • si cette proposition avait été agréée, combien de ces vies détruites par le viol, la drogue, la violence, le suicide, … auraient été épargnées … ? Cf. l’illustration réaliste qu’en a donné le remarquable film « Spotlight ».
  • si cette proposition avait été agréée – et quelles que soient les capacités de résilience des enfants – combien d’accès à une vie spirituelle harmonieuse et sereine auraient pu être normalement maintenus … ?
  • si cette proposition avait été agréée, quelle économie de temps, d’argent, d’énergie, de bonne volonté, d’image positive, de crédibilité … l’Église aurait-elle pu réaliser pour le seul projet véritablement évangélique qui vaille : recentrer tous ses moyens & efforts sur une pédagogie efficace de l’amour & agapé … ?
  • mais comme cette proposition n’a pas été agréée, elle patauge toujours, presque cinquante ans plus tard, dans un climat de scandale et de suspicion qui ne lui permet guère de faire son travail efficacement … et c’est le moins que l’on puisse dire. Heureusement, « le silence de cathédrale » commence à être sérieusement remis en question.

Quant aux commentaires, jugez par vous-même : l’inquisition a de beaux jours … devant elle !

« Ce prêtre satanique appartient à la génération post Vatican II : il fallait tout détruire à la suite de ce concile diabolique : la doctrine, la liturgie, la morale. Ce n’est pas une mauvaise interprétation du concile mais bien les textes du concile eux-mêmes qui étaient mauvais et conduisaient (et conduisent toujours aujourd’hui) à l’hérésie et à l’apostasie. Que ce dénommé Besret prêtre défroqué, apostat et hérétique, de cette race de prêtre que nous haïssons et méprisons aille bientôt rejoindre son maître Satan dans les flammes de l’Enfer. »

« Faux théologien mais véritable apostat. »

« Né en 1935 , Jean-Claude Besret est âgé de 82 ans … Et n’a toujours rien compris ! Un sépulcre blanchi , bientôt nommé au Vatican avec tous les potes “arc en ciel” de Jorge le Rouge … »

Oui, décidément « … si les chrétiens du pays jugent que cet homme a failli, ça laisse à penser que pour eux, l’évangile c’est de l’hébreu » !

Cordialement

 

0 – Je m’en étais inspiré pour concevoir l’atelier « Actualité des valeurs monastiques » qui n’est désormais plus proposé. La citation placée en exergue demeure on ne peut plus utile :

« Est moine celui qui tend à l’unité en lui-même, à l’unité avec les autres, à l’unité avec la planète qui le porte, à l’unité avec le réel qui le soutient dans l’être. »

¹ – Je ne mets donc pas de lien vers cette page.

Médias-Presse-Info se présente comme « un média original qui vise la vulgarisation de l’information d’une manière délibérément objective, libre et sans concession. … un site d’information auquel contribuent dans leurs domaines de compétence, des hommes et des femmes de tous horizons et de toutes catégories socio-professionnelles » et se propose « de vous apporter quotidiennement ce qui est exceptionnel : une information fiable et objective. »

Lorsque l’on creuse un tant soit peu (notamment ici : « Media-presse.info, l’intox de l’info ») on découvre que « le nom de domaine a été enregistré, en 2013, au nom de Civitas, un organe de catholiques traditionalistes, proches des lefebvristes. » … Je pense qu’il n’est pas vraiment nécessaire d’en écrire plus …

Ce pamphlet a été rédigé à l’occasion d’une projection en 2017 du film d’Eric Castanet : « Les portes de la conscience », suivi d’un débat avec Bernard Besret.

² – « Qu’y a t-il à ajouter à cette consigne de saint Augustin, ce bougnoule ? »

François Mauriac, au plus fort de la guerre d’Algérie, ironise en rappelant l’immense apport de l’Afrique du Nord à la civilisation latine et catholique.

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 7 - Actualité des valeurs monastiques, Fondamentaux Actualité des valeurs monastiques and taguée , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.