Au coeur du réel, le vide, plein … – Bernard Besret

« Au cœur du réel, le vide,

plein¹.

Plein d’une plénitude

qui laisse intacte sa vacuité.

Vide plein,

coïncidence des opposés².

Plénitude sans épaisseur,

sans durée, sans matérialité.

Plénitude de conscience

sans épaisseur, sans durée, sans matérialité.

Plénitude de conscience

qui laisse intacte sa vacuité.

Et la conscience

est l’ultime fondement de tout ce qui existe. »

 

1 – Cf. Jacob Böhme : « Nichts und doch Alles : Rien, et cependant Tout », cité dans « Le Vide – Expérience spirituelle en Occident et en Orient », page 119 ; Maître Eckhart : « Dieu est vide de toutes choses, c’est pourquoi il est toutes choses », ibid.

2 – Cf. Nicolas de Cues, « Trois traités sur la docte ignorance et la coïncidence des opposés »

 

Cordialement

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 7 - Actualité des valeurs monastiques, Fondamentaux Actualité des valeurs monastiques, Harding Douglas, VOLTE & ESPACE and taguée , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *