Apologie du cynisme sur France Culture … !

Dans l’émission « L’esprit public » du dimanche 12 janvier 2014, Jean-Louis Bourlanges faisait l’apologie du « réalisme » de la politique de Vladimir Poutine avec un cynisme qui m’a personnellement semblé indigne de la qualité habituelle de l’émission.

Et qui me semble très inquiétant de la part de quelqu’un qui se réclame des valeurs du « centre ».

scienceLibertéPaixDans un texte déjà ancien, 1946, « La science, la liberté, la paix », Aldous Huxley réfléchit à ce « progrès » qu’est la bombe atomique et il écrit notamment ceci :

« La mentalité collective des nations, – la mentalité que doivent adopter les adultes raisonnables, quand ils prennent des décisions importantes dans le domaine de la politique internationale – est celle d’un délinquant de quatorze ans, à la fois rusé et puéril, malveillant et bête, d’un égoïsme, d’une susceptibilité et d’une cupidité démentes, et en même temps ridiculement vantard et vaniteux.

Quand les intérêts en jeu ne sont pas d’un grand poids, les adultes qui dirigent la politique d’une nation ont le droit, conformément aux règles du jeu bizarre auquel ils jouent, de se conduire en adultes. Mais dès qu’il s’agit d’intérêts économiques importants ou de prestige national, ce Jekyll adulte se retire, et sa place est prise par un Hyde adolescent, dont les normes éthiques sont celles d’un gangster jouvenceau, … (page 57, éditions du Rocher, 1999)

Si ce texte ne concernait que Vladimir Poutine et ne bénéficiait que de l’approbation de Jean-Louis Bourlanges, ce ne serait pas si grave … Mais il semblerait, « le progrès faisant rage en notre époque moderne » – ce « progrès » que Cioran qualifiait d’ « élan vers le pire » – qu’une tendance à la généralisation du « réalisme » soit en cours.

Le dérèglement climatique, l’épuisement des ressources énergétiques et autres, l’aggravation des pollutions diverses, … contribuent sans doute à ce processus. Peut-il encore être enrayé, ou bien est-il d’ores et déjà « Unstoppable » ?

Aldous Huxley, ce voyant presque aveugle, avait très précisément formulé l’antidote à cette faillite métaphysique qui ne précédera que de très peu l’effondrement global : retrouver notre transparence essentielle, celle que nous ignorons alors que nous en sommes parfaitement assurés.

La Vision du Soi selon Douglas Harding nous donne les moyens, simples et concrets, de retrouver et de demeurer dans cette transparence.

Mais, comme d’habitude, n’en croyez pas un mot, venez vérifier par vous-même dans un atelier.

Cordialement

 

by-nc-sa

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.