« Adieu au nucléaire ! » – Ôe Kenzaburô

KenzaburoOe
Ôe Kenzaburô, 19 septembre 2011, parc Meiji à Tôkyô

 

« Je vais appuyer mon propos sur deux citations. La première est une phrase de celui que je considère comme un de mes maîtres, Watanabe Kazuo, éminent spécialiste des lettres françaises :

“Certains affirment que sans « folie » il est impossible de mener à bien des entreprises d’envergure. Mais c’est faux. Les entreprises menées avec « folie » s’accompagnent nécessairement d’immenses dommages et de victimes. Une action peut être vraiment dite d’envergure lorsqu’elle est menée loyalement et sans outrance, par des hommes ayant des qualités humaines et qui, de plus, sont particulièrement conscients du fait qu’ils sont eux-mêmes susceptibles de « folie ».”

Aujourd’hui, cette phrase pourrait être interprétée de la façon suivante :

“Certains affirment que sans l’électricité produite par l’énergie nucléaire il est impossible de mener à bien des entreprises d’envergure. Mais c’est faux. L’énergie nucléaire s’accompagne nécessairement de dommages et de victimes.

La seconde citation est un propos publié récemment dans un quotidien. L’Italie qui avait renoncé à son programme nucléaire vient d’effectuer un référendum populaire pour décider ou non de sa remise en œuvre : 90 % des votants s’y sont opposés¹. Or, voilà ce qu’à ce sujet, le secrétaire général du Parti libéral-démocrate japonais aurait déclaré :

“L’accident qui vient de se produire est d’une telle ampleur qu’on peut comprendre cette réaction d’hystérie collective.”

L’Italie a suspendu son programme nucléaire il y a vingt-cinq ans, à la suite de l’accident de Tchernobyl. C’est après une longue période de réflexion qu’il a été décidé que la reprise ou non du programme ferait l’objet d’un référendum auprès de la population italienne ; or, c’est juste à ce moment-là que s’est produit l’accident de Fukushima.

Voici la suite de la déclaration du secrétaire général :

“La population s’étant prononcée à 90 % contre le nucléaire, il était facile de prendre une décision contre cette énergie, mais face aux besoins de la vie quotidienne, choisir de sortir du nucléaire n’est pas si simple.”

Un accident nucléaire n’est pas un problème facile à résoudre : voilà une évidence. Comment traiter les immenses surfaces de terres contaminées  par les émissions radioactives de Fukushima, et comment s’en débarrasser ? Comment veiller sur la santé des nombreux enfants qui ont d’ores et déjà subi une contamination interne ?

Ce que l’on peut dire clairement, et presque trop simplement, c’est qu’en Italie les gens n’auront plus à craindre pour leur vie à cause du nucléaire alors qu’au Japon, dorénavant, nous devrons plus que jamais vivre avec cette peur. Nous sommes en danger : il faut absolument que les politiciens ignorants et sans imagination – tel celui que j’ai cité – le comprennent, il faut absolument que les responsables des organisations patronales le comprennent aussi. C’est nous qui devons en appeler à leur conscience. Et pour cela, nous n’avons pas d’autre moyen que des manifestations démocratiques comme celle d’aujourd’hui.

Nucleaire-non-merci-en-japonaisAgissons, résolument!² »

Ôe Kenzaburô, prix Nobel de littérature 1994

« Discours pour la manifestation des cinquante mille », 19 septembre 2011, parc Meiji à Tôkyô.³

 

Cordialement

 

¹ – Une écrasante majorité, 94,05 % des votants, avec un taux de participation de 57,01 %, a rejeté par référendum la relance du nucléaire en Italie.

² – Pour agir il est d’abord nécessaire de se tenir informé :

« Sommes-nous un peuple aussi facile à berner ? », Kenzaburo Oé dans Le Monde des Livres du 16 mars 2012

Blog de Fukushima

Vivre après Fukushima

L’ACROnique de Fukushima : la catastrophe au jour le jour

Il est ensuite possible d’agir de bien des façons : en  France le Réseau Sortir du Nucléaire coordonne de très nombreuses associations locales.

ArchipelSeismes³ – Ce texte figure dans « L’archipel des séismes. Écrits sur le Japon après le 11 mars 2011 ».

J’ai rapporté ce livre de la Maison de la Culture du Japon qui en propose beaucoup d’autres, que ce soit dans sa boutique ou dans son impeccable bibliothèque.

Il commence certes à dater un peu, mais sa lecture me semble indispensable pour tous ceux qui aiment le Japon, et plus largement pour tous ceux qui aiment la vie … La vie, la vraie, n’est pas compatible avec l’existence du nucléaire civil & militaire.

La Grande Vie à laquelle Douglas Harding nous propose d’accéder simplement, concrètement, grâce à la Vision du Soi doit beaucoup au zen, quintessence de la civilisation japonaise. Et c’est pourquoi je me sens profondément solidaire des catastrophes survenues au Japon le 11 mars 2011 et qui, pour la pire d’entre elles, dure encore et durera malheureusement encore très très très longtemps …

 

by-nc-sa

 

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.