Abide with me

Je vous ai annoncé précédemment que j’étais en train de traduire « The Hidden Gospel », un manuel d’atelier rédigé en 1974 par Douglas Harding, et que ce texte constitue un précieux apport pour l’atelier Vision du Soi & Évangile de Thomas prévu au Domaine du Taillé en octobre prochain.

Le chapitre 26, « Tel que c’était au commencement », nous propose d’ingénieuses expériences, à partir d’une pendule et d’un calendrier, pour sortir de l’emprise du temps, pour en rejoindre la source, pour simplement prendre conscience que nous sommes cette Source vive.

Ce chapitre se termine sur la proposition, facultative, de chanter un couplet d’un hymne bien connu dans le monde anglo-saxon :    « Abide with me ».

Mais ce n’est pas tout à fait la fin de l’histoire, puisque Douglas ajoute cette question, à laquelle ses expériences ont d’ores et déjà permis, permettent et permettront de répondre :

« Ai-je jamais quitté un seul instant ma demeure d’éternité ? L’Immuable m’a-t-il délaissé un seul instant ? »

 

Je vous propose ci-dessous une interprétation récente de « Abide with me » par Emeli Sande, qui l’a également chantée lors de l’ouverture des jeux olympiques de Londres.

 

Emeli Sande

 

Ainsi qu’un essai de traduction déniché sur la toile :

Reste avec moi.

1. Reste avec moi ! C’est l’heure où le jour baisse.
L’ombre grandit… Seigneur, attarde-Toi !
Tous les appuis manquent à ma faiblesse :
Force du faible, ô Christ, reste avec moi !

2. Le flot des jours rapidement s’écoule ;
Leur gloire est vaine et leur bonheur déçoit ;
Tout change et meurt, tout chancelle et  s’écroule…
Toi qui ne changes point, reste avec moi !

3. J’ose implorer plus qu’un regard qui passe ;
Viens, comme à tes disciples, autrefois,
Plein de douceur, de tendresse et de grâce,
Et pour toujours, Seigneur, reste avec moi !

4. Viens, mais non pas armé de ta colère.
Parle à mon cœur, apaise son émoi ;
Étends sur moi ton aile tutélaire :
Ami des péagers, reste avec moi !

5. Heure après heure, il me faut ta présence :
Le tentateur ne redoute que Toi ;
Qui donc prendrait contre lui ma défense ?
Dans l’ombre ou la clarté, reste avec moi !

6. Je ne crains rien quand ton bras me protège ;
Mes pleurs n’ont plus d’amertume, et l’effroi
Que m’inspiraient la mort et son cortège
A disparu… Seigneur, reste avec moi !

7. Montre ta croix à ma vue expirante,
Et que ton ciel s’illumine à ma foi !
L’ombre s’enfuit, voici l’aube éclatante !…
Dans la vie et la mort, reste avec moi !

 

Cordialement

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 6 - Lectures essentielles, Evangile de Jean, Evangile de Thomas, Harding Douglas, VOLTE & ESPACE and taguée , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *