A Ciel Ouvert : désaccords et méta-désaccord

Vous trouverez ci-dessous le courriel adressé ce jour à Évelyne et Alain Chevillat, ainsi qu’à quelques amis concernés par le fonctionnement d’A Ciel Ouvert, pour leur faire part de désaccords sur divers contenus et d’un méta-désaccord sur l’élaboration de ces contenus. Bonne lecture. Vos commentaires sont les bienvenus.

« Bonjour et meilleurs vœux 2017 à tous,

Ce que je peux vous souhaiter de mieux avec certitude, c’est de « descendre au fonds du puits », de rejoindre la Source, le Centre, le Soi, ….

C’est, me semble-t-il, le cœur de notre projet associatif d’A Ciel Ouvert, affirmé avec force lors de l’inauguration à Pierre-Châtel les 11-12/04/2015.

Cependant je suis depuis plusieurs mois en proie à une grave inquiétude concernant la prise en compte & la mise en œuvre de cet « unique nécessaire ».

Je crains que beaucoup de ressources et d’énergie ne soient plutôt gaspillées à tourner autour du puits, dans l’horizontale.

Ce serait d’autant plus grave que notre monde qui se défait n’a rarement autant eu besoin de ce recours à la verticale, à l’intériorité.

C’est pourquoi je souhaite partager avec vous les réflexions en pièce jointe, de manière constructive, concernant certains contenus et leur mode d’élaboration.

Ma part de « veilleur et lanceur d’alerte » est faite. C’est, éventuellement, à vous de jouer maintenant … »


Réflexions en pièce jointe

Le 31/12/2016

Évelyne, Alain, chers amis,
Je n’ai pas pu assister au Forum 2016 en raison de sérieux problèmes cardiaques de l’amie de mon beau-père et de l’incapacité de ce dernier à y faire face seul. Aurais-je profité de l’occasion de l’assemblée générale d’A Ciel Ouvert pour dire les désaccords que je détaille dans la suite de ce texte ? Non, sans doute, car ce n’était ni le lieu ni le moment. Mais, au fait, un tel lieu et un moment opportun sont-ils vraiment prévus dans le fonctionnement de notre association ?

Quelques phrases pour me resituer : si je ne suis adhérent d’ACO – et président du groupe local ACO Maurienne – que depuis deux ans, je suis un ancien lecteur de Sources, Terre du Ciel, Sources Pour une vie reliée. J’ai commencé le yoga au début des années 80, puis je m’y suis formé – principalement à l’École Française de la Ste-Baume – avant de le transmettre quelque temps. J’ai ensuite passé une douzaine d’années à étudier les enseignements d’Arnaud Desjardins & Svâmi Prajnânpad et à séjourner régulièrement à Font d’Isière puis à Hauteville. Enfin, grâce à Alain Bayod, j’ai croisé le chemin de Douglas Harding. Je me consacre désormais exclusivement au partage de son approche : la Vision du Soi (Vision Sans Tête).

Et encore quelques mots pour rappeler ce qui m’a conduit à m’engager auprès d’ACO. Lors de l’inauguration à Pierre-Châtel les 11-12/04/2015, il m’avait semblé qu’un esprit d’une grande qualité soufflait, qu’une opportunité (« kairos ») se présentait, qui recueillait tout mon assentiment et à laquelle je pouvais utilement collaborer. Voici quelques extraits de ce que j’ai retenu de cette journée : un recentrage sur l’essentiel, et que vous pouvez retrouver in extenso dans le DVD du n° 31 de Sources.

C’est sans doute Madeleine Kardos qui exprime le mieux tout ce qu’elle ressent : « le sens des épreuves traversées pour recentrer l’action à Pierre-Châtel … un lieu de verticalité qui à la fois enracine et tire vers le haut … qui permet d’inventer et de donner un nouvel élan, une nouvelle créativité … qui un peu comme le désert facilite les connexions, … une nouvelle naissance … qui invite à ne pas nous disperser … un lieu de vérité. » Mais Marie-Agnès Bergeon fait aussi part, plus sobrement, de la même perception « d’intense verticalité et de son souhait de voir les différentes activités se rassembler autour de ce pôle de spiritualité vivante pour rayonner avec encore plus de force. » Pour Pierre-Yves Albrecht : «  … le déplacement à Pierre-Châtel est une bonne chose … Alain pourra approfondir son action … aller beaucoup plus loin que l’ancien Terre du Ciel. » Et Marc Sokol se réjouit du recentrage sur « un lieu aussi porteur que Pierre-Châtel pour accomplir un travail en profondeur. » Enfin Alain semble également pleinement satisfait de se retrouver dans ce « haut-lieu dédié à la spiritualité pour y vivre et y proposer une vie verticale ».

Il m’a alors semblé qu’un consensus clair s’était fermement établi et qu’un programme allait fidèlement lui donner forme. Que la « shakti avait secoué le cocotier », et que la leçon Terre du Ciel avait été entendue … Quelle ne fut pas ma désillusion lorsque le 4 septembre 2016, je pris connaissance, lors de la réunion des responsables des divers groupes locaux, et ce document de 8 pages : « Les 4 grands projets de A Ciel Ouvert », et de la naissance de l’agence de voyages Infinitude. Je me vois donc contraint – en quelque sorte en tant que « veilleur et lanceur d’alerte » (Sources n° 33) – d’exprimer les désaccords ci-dessous.

  • Désaccords à propos de certains contenus

– Les « voyages » ont pu constituer une aide précieuse pour l’évolution spirituelle de certaines personnes (Arnaud D., Alain C., …). Mais les temps ont changés radicalement du fait du dérèglement climatique. Tous les spécialistes affirment que nous nous rapprochons de seuils irréversibles, que la nécessaire réduction du transport aérien est plus de l’ordre de 98 % que de 2 %. 2016 sera une année beaucoup plus chaude que les 15 précédentes … Continuer comme si de rien n’était, parce que nous et notre évolution spirituelle « le valons bien », c’est afficher que nous n’avons aucun souci de l’avenir du monde, ni la survie des plus pauvres de ses habitants, ni de la paix. Promouvoir ainsi le voyage lointain me semble incompatible avec le souhait de voir se multiplier des Jardins (potager, verger, ruches, …), avec tout projet éducatif (Fleurs et stagiaires), avec toute vie reliée à l’univers et à tous les êtres sensibles, avec toute sagesse et avec l’inéluctable transformation sociétale. Cette (dés)orientation me semble d’autant plus incohérente que, justement, notre projet doit & peut incarner l’antidote à la frénésie de voyage proposée par le « monde » grâce au seul trajet qui compte : celui du moi au Soi. Donner aujourd’hui une preuve de « l’entrée dans une nouvelle vie faite de paix et de liberté, de conscience et d’amour », c’est faire le choix – difficile – de modes de déplacement les plus décarbonés possibles.

– Le « désert » a pu constituer une aide précieuse pour certains, illustres ou inconnus. Mais vu le paragraphe précédent, l’alternative me semble évidente. Soit contribuer activement à l’extension du désert, vraiment physiquement, et non plus métaphoriquement au sens du Zarathoustra de Nietzsche (« die Wüste wächst … ») par une mobilité désormais inadaptée, adharmique. Soit se recentrer non moins activement sur « le désert intérieur » cher à Marie-Madeleine Davy, parfaitement accessible en la Chartreuse de Pierre-Châtel, parfaitement accessible partout, ici et maintenant. Là encore c’est un choix – difficile.

– La « multiplication » des jardins, des écoles, des forums, des propositions … Ce qui avait finit par heurter profondément ma sensibilité dans l’épisode Terre du Ciel, c’était justement cette expansion excessive, d’ailleurs plus dans le domaine, parfois respectable, du développement (« épanouissement ») personnel que de la spiritualité – deux directions opposées à rigoureusement 180°. Une « crise » sévère a justement sanctionné cette option là. Est-ce que nous avons fait « bon usage » de cette crise, comme nous y invitait et nous y invite toujours Christiane Singer dans un texte magnifique ? Ou est-ce qu’une nouvelle « catastrophe » sera nécessaire pour « nous éviter le pire » ? Ce que je vois se re-mettre en place dans les programmes d’ACO s’inscrit dans un « toujours plus de la même chose », qui comme chacun sait conduit généralement à « réussir à échouer ». Est-ce cela que nous voulons ?

« La sagesse de l’Inde » a accompagné ma recherche, du yoga à la Vision du Soi (Sans Tête), et continue de nourrir ma vie spirituelle. Mais je suis devenu résolument allergique à toute imitation superficielle de l’Inde et à la croyance en une transférabilité bon marché de ses trésors de spiritualité. La mise en garde de Jung, « Imiter l’Orient est une méprise tragique parce qu’elle est anti-psychologique. », n’a guère été entendue. Imiter des « formes », conserver des « cendres », va même à l’encontre de la démarche spirituelle qui nous enjoint d’être Cela, le « sans-forme », les « braises ». Respecter la tradition consiste uniquement à transmettre effectivement ce « feu ». A cet égard la phrase : « Dans quel autre pays que l’Inde peut-on voyager en rencontrant un sage ou un saint nouveau chaque jour ? » me semble absurde.

  • Méta-désaccord à propos du mode d’élaboration de ces contenus

Vous aurez peut-être remarqué que j’utilise dans ce qui précède un « nous » qui se voudrait l’expression de notre projet A Ciel Ouvert, projet salvateur essentiel face à une crise systémique qui s’accélère. Or je suis malheureusement contraint de constater que ce « nous » associatif n’existe quasiment pas dans le fonctionnement tant de ACO que de Sources, que des décisions tombent dans une « verticalité » qui n’a bien sûr rien à voir avec celle évoquée les 11-12/04/2015.

J’ai pour ma part transmis de très nombreuses contributions concernant aussi bien la Vision du Soi(Sans Tête), que, plus largement, la réactivation de l’intemporelle Charte de l’Europe des Consciences et du projet « Les Semeurs du Vivant », des propositions inédites concernant la revue Sources, … J’ai largement relayé l’existence d’ACO et de Sources sur volte-espace. Mais, presque tout cela s’est dissous dans une absence de communication et de réciprocité qui rappelle la plus désorganisée, ou la plus perverse, des administrations …

Ce mode de gouvernance, qui a fait la preuve de son inadéquation, qui est contraire au changement sociétal auquel nous aspirons, qui décourage les personnes les mieux intentionnées, … ne me convient pas du tout.
Je ne me contente donc pas d’adresser ces réflexions à Éveline et Alain, parce que je perdrais une fois de plus mon temps. Alain semble avoir bien du mal à entendre la critique, même (surtout …?) constructive, et Évelyne est trop absorbée par la revue. J’invite donc tous les « chers amis » destinataires de ce texte à le lire soigneusement, à réfléchir, à le diffuser à leur tour s’ils estiment que c’est nécessaire, et à faire en sorte que les choses changent. J’espère que cette action sera utile au fonctionnement de notre association et de notre revue, pour le plus grand bénéfice de tous les êtres sensibles.

Amitiés

Jean-Marc

A propos de Jean-Marc Thiabaud

Jean-Marc Thiabaud, 57 ans, marié, deux fils. La lecture de "La philosophie éternelle" d'Aldous Huxley m'oriente précocement sur le chemin de la recherche du Soi. Mon parcours intérieur emprunte d'abord la voie du yoga, puis celle de l'enseignement d'Arnaud Desjardins. La rencontre de Douglas Harding en 1993 me permet d'accéder à une évidence que je souhaite désormais partager.
Cette entrée a été publiée dans 4 - Transformation personnelle & sociale, Fondamentaux Transformation personnelle & sociale and taguée , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.